Actualités

 

 

Théâtre :

Spectacle solo.

En tournée actuellement

Saison 2015 / 2016 / 2017...  

LE BONHEUR, de et avec Jean-Michel Noirey.

 

LE BONHEURse dessine à la manière d’un impromptu, une pièce qui pour troupe n’aurait qu’un seul acteur. Pas n’importe lequel, un acteur qui serait un fils naturel de plusieurs pères et grands ancêtres, Molière et Raymond Queneau notamment Molière pour la souplesse des mots et l’énergie curieuse des sentiments, pour le respect des hommes, Queneau pour la poésie élégante et les liaisons qui grincent, pour l’audace. 


Acteur-auteur, Jean-Michel Noirey commence son voyage par l’histoire d’un échouage dans une baie du bout du monde. Corps et âme ensablés comme une grande barque de pêcheur. Une barque chargée de morceaux de vie pris dans des filets devenus trop lourds à porter … Aujourd’hui, il est prêt à repartir, avide de naviguer sur les mots. Face à l’horizon, « Il faut hisser la voile. Frapper les trois coups … « Sauver sa vie, gagner un sursis ». L’acteur se fait auteur de ces mots poussés dans le vide, de ces paroles qui s’emmêlent dans les vagues et s’offrent à lui. Des cris lancés dans la nuit, il tisse des toiles tendues vers les seuls bras qui comptent, ceux du public et des frères de la côte. 


Le spectacle prend racine : les villes, la Somme, la Picardie, les origines, la mer se mêlent avec les souvenirs de la mine et des estaminets du nord. En des mots qui se risquent à marier Frida-la-blonde et Margot, en des tirades colériques ou tendres, des mots passés au crible, à la vénette, des filets-d’amour et des chants-marins, des mots-terre, des mots-charbon qui ne réchauffent plus la terre entière … Des mots-à-mots, des mots-paroles, des mots-palabres, des mots pour maux …

 

Jean-Michel Noirey se joue avec plaisir et dérision des proverbes et des dictons. Il met en scène avec humour la vie au quotidien : il retrouve, il réinvente le mouvement, le geste, le juste et fragile équilibre des navires, la majesté des barques de pêcheurs rentrant à quai. 

 

Le destin de tout acteur est de croire à son devenir, au miracle des applaudissements, aux lumières éphémères. Un geste, un sourire, un baiser retrouvé, un salut discret, une main tendue. Petite poussée vers l’espoir. Un coin de rideau se soulève … Jouer ! Jouer ! à en perdre haleine, comme autrefois la troupe de Molière, dans une grange ou un lavoir. Dans une arrière-salle de bistrot, comme le faisait Raymond Queneau.

 

                                                                                                                              JEAN PIERRE GARCIA

 

Jean-Michel Noirey fait partie de ces artistes qui n’hésitent pas à aller au bout de leurs passions. Comédien de formation, il compte à son répertoire des rôles clefs dans les classiques de la scène internationale : Shakespeare, Molière, Marivaux, Cervantès, Goldoni… Mais aussi pour le théâtre contemporain : Maxime Gorki, Robert Musil, Robert Pinget, Rainer Fassbinder, Jean-Luc Lagarce, Enzo Corman… Y compris Alain Decaux (dans Le Vice et la Vertu mis en scène par Robert Hossein). Entre deux Jean-Michel Noirey tourne pour José Giovanni, Claude Chabrol, Bertrand Blier, Alain Corneau, Bertrand Tavernier… Et plus récemment pour Rose Bosch (il tient dans La Rafle le rôle de Laval et dans Avis de Mistral  il joue aux côtés de Jean Reno et Hugues Auffray)   ou Thierry Binisty. Il n’oublie pas ses racines picardes et tourne à deux reprises pour le réalisateur amiénois Dominique Choisy. 

 

Pour le théâtre comme pour le cinéma, Jean-Michel Noirey n’hésite pas à passer de l’autre côté des planches ou de la caméra, il met en scène une dizaine de pièces de théâtre et se lance à son installation permanente au Crotoy dans la réalisation d’une série de quatre documentaires qui font date Paroles de Pêcheurs.

 

Avec LE BONHEUR, il nous propose sa troisième création en solo depuis Maurice l’Indomptable écrit, mis en scène et interprété en 1994. Créé sur la scène nationale d’Amiens, ce spectacle a été repris aux théâtres Déjazet et au Tristan Bernard à Paris après une longue carrière dans le Nord et la Picardie, et La saison des Blessures, récits de guerre, histoire d’amour, texte présenté en avant première au Petit Théâtre de l’Odéon à Paris …

LE BONHEUR est un impromptu dans lequel Jean-Michel Noirey invite à un voyage dans les mots et les sentiments en une langue généreuse et prenante, avec l’humour d’un Arlequin qui ne peut être que Picard.  

 

 

 

SORTIE DU LIVRE LE BONHEUR / MAI 2017 / Edition Arbazar Collectif d'Artistes.

 

 

LA SAISON DES BLESSURES / Auteur et Metteur en scène

 

La Saison des Blessures :

 

Les personnages :

André, Marin pêcheur de la Baie de Somme, sur le front.

Marceline, femme de pêcheur, épouse d’André, sur la grève. Ferdinand Cross, Marchand de canon, en déplacement dans le monde.

André, marin-pêcheur, quitte son rivage natal. Il part pour le front, là où la guerre fait rage. Marceline, sa femme ... Femme de marin-pêcheur l’attend sur la grève ... Comme tant d’autres, ils n’ont rien dit ... Que dire ? Les guerres arrivent toujours trop vite ... André, homme bon et honnête, va se trouver projeté dans l’enfer du feu, de la barbarie. Il apprendra malgré lui à tuer et tuer encore ... Marceline et André correspondent à tous moments. Leurs rencontres écrites cèdent vite la place à une relation d’ordre cosmique. Leur langage s’en trouve exacerbé ... Leur amour leur permettra t’il au milieu de ce carnage planétaire de rester animés du même espoir, se retrouver, côte à côte, face à l’immensité de la mer ? ... 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Extraits de presse / A propos du spectacle ‘’ Le Bonheur’’

 

Le Journal d’Abbeville :

 

Il y a de la tendresse et de l’humour dans le propos, des grincements de dents aussi ... On se retrouve tantôt acteur d’un souvenir, tantôt spectateur de curieuses rencontres, on applaudit une habile jongle de mots et se laisse surprendre par un comédien qui finalement ouvre les portes de son univers … 

                                                                                                                                     J.Rauch. Journal d’Abbeville.

Le Courrier Picard :

 

Le spectacle est un mélange de vécu avec ses confidences qu’il rédige sur son journal intime et d’histoires du quotidien qui l’émerveillent ou tout au contraire le mettent à fleur de peau. Le changement de rythme, de phrasé, en vers ou en picard pouvait déconcerter. Généreux, entier, il a finalement levé le voile sur son univers … « J’ai beaucoup aimé l’ampleur du texte, des propos parfois philosophiques, aux répliques dignes d’Audiard » … Le grand écart est réussi.

              

                                                                                                                     Pascaline Cambray. Le Courrier Picard.

(Site et Blog)  Le Courrier Picard. 

 

Je sors à l’instant de ce spectacle. Remarquable ! Un texte écrit et interprété seul en scène par Jean-Michel Noirey ! Comédien parfait jouant sur tous les registres du sérieux, de l’émouvant en passant par le comique qui fait rire de bon coeur sans être grossier … A voir de toute urgence !  

                                                       Jacques Béal. Ecrivain, journaliste au journal Le Monde et au Courrier picard. 

 

Le Courrier Picard :

 

Jean-Michel Noirey nage en plein bonheur ! … Son spectacle prend racine dans la Picardie, la Somme, la mer. Et tout ceci se mêle à des souvenirs d'une autre vie. Des tirades tendres succèdent des tirades colériques, des chants marins s'entrecroisent avec des palabres, des instants d'amour, de tendresse, de pure rigolade … On sourit, on rit franchement … Jean-Michel Noirey retrouve ce qui est sa vie, son bonheur à lui, celui d’être sur la scène …

 

                                                                                                                                    Claude Cailly. Courier Picard.

 

La Maison bleu en Baie. (Site et Blog)

                                                                                                                                                                                                                       Merci pour ce moment "parfait", car oui c'était parfait ! Éblouissant Jean Michel Noirey… Un comédien proche, seul en scène mais si présent, un texte étonnant et détonant, une mise en scène efficace et bien rythmée … bref courez sans attendre voir ce spectacle d'excellente qualité qui vous laissera rassasié et heureux … 

                                                                                                    

                                                                                                                    Robert Cessac, La Maison bleu en Baie.

 

Du Bonheur …

 

Le Bonheur ! se dessine à la manière d’un impromptu, une pièce qui pour troupe n’aurait qu’un seul acteur. Pas n’importe lequel, un acteur qui serait un fils naturel de plusieurs pères et grands ancêtres, Molière et Raymond Queneau notamment. Molière pour la souplesse des mots et l’énergie curieuse des sentiments, pour le respect des hommes, Queneau pour la poésie élégante et les liaisons qui grincent, pour l’audace. Avec ‘’Le Bonheur !’’, il nous propose sa troisième création en solo depuis ‘’Maurice l’Indomptable’’ créé sur la scène nationale d’Amiens et ‘’La saison des Blessures’’, Histoire d’amour, récits de guerre, texte présenté dans une mise en espace au Théâtre de l’Odéon à Paris. ‘’’Le Bonheur !’’ est un impromptu dans lequel Jean-Michel Noirey invite à un voyage dans les mots et les sentiments en une langue généreuse et prenante, avec l’humour d’un Arlequin qui ne peut être que Picard.  

                                       

                                                                                                                                                 Jean-Pierre Garcia                                                                                                                                            Journaliste critique de cinéma                                                                                                                              Directeur du Festival international du film d’Amiens

 

Une épopée teintée de profonde émotion … 

                                                                                                                          

On connaissait déjà Jean-Michel Noirey comme étant l'un des meilleurs comédien Français, le voici auteur avec cette comédie où l'on rit, parfois même aux éclats, mais ce beau texte émouvant et drôle est moins léger qu'il n’y parait, c'est un jeu de miroirs où chacun peut se voir. Il nous plonge dans les abîmes de notre humanité, un voyage tendre et désespéré qui nous révèle ce que nous sommes, petites choses, chercheuses d'amour invétéré, voguant dans l'univers du vide, qui nous tenons par la main pour ne pas nous perdre.

                                                                                                                                                           

                                                                                                                                                                                           Jean-Louis Bourdon

 

Jean Louis Bourdon est l’auteur de plus d’une vingtaine de pièces de théâtre, éditées pour la plupart chez Flammarion et Julliard … Elles ont été montées au théâtre par lui-même ou des metteurs en scène comme Marcel Maréchal, Jean Michel Ribes, Michel Fagadau … 

 

 

 

 

Lien /  FB / Le groupe Le Bonheur jean michel noirey :

 

https://www.facebook.com/groups/1148583958507859/?pnref=story

 

 

Site : Jean Michel Noirey :

 

https://www.jean-michel-noirey.fr

 

 

 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Dossier de presse :

Extraits de presse / A propos de ‘’La Saison des Blessures ‘’

 

Le Courrier Picard :

 

‘’Tout à l’heure, j’irai tuer des hommes ‘’

’Le comédien Jean-Michel Noirey signe avec La Saison des Blessures une pièce puissante, évoquant le fracas de la guerre. D’un côté la morgue de ceux qui la commanditent, Ferdinand Cross, le marchand de canon (Franckie Avella); de l’autre, la dislocation de ceux qui la subissent, André, le marin-pêcheur du Crotoy (Tony Joudrier), envoyé au front et se femme, Marceline (Vanessa Brusson) se languissant de son retour’’ …. ‘’ Sur un thème évidemment très décliné en ce centenaire de la grand guerre, Jean-Michel Noirey parvient à captiver et émouvoir, grâce à une belle écriture, ici forte, percutante; là sensible et mélancolique … ‘’ VH

 

Le Journal d’Abbeville :

 

’’14 / 18 c’est toujours un peu aujourd’hui’’

“La saison des blessures” est un texte rouge. Rouge du sang versé des Hommes pendant la “Grande Guerre”, rouge du feu des champs de bataille, rouge de l’amour malgré tout et de la colère surtout, rouge aussi d’une vraie passion pour le genre humain…’’ ‘’ il y a le propos bouillonnant de l’auteur contre les cynismes politiques et l’épouvantable répétition des “gâchis humains” qui marquent les siècles depuis si longtemps. Si la pièce relate l’histoire de destins perdus dans le chaudron de la première guerre mondiale, le texte est aussi écrit pour donner à penser, et à dénoncer toutes les guerres d’avant et d’après. Y compris celles que nous vivons encore aujourd’hui… Et fondamentalement, les raisons sont les mêmes, les moyens sont le mêmes, les conséquences sont les mêmes.’’ ‘’ Il faut aller voir “La saison des blessures” comme un brûlot contre ce que l’Homme a de plus mauvais et grasseux, vil et avide, médiocre et lâche, et à la fois un vibrant hymne à l’Humanité, qui mérite toujours plus. Qui mérite surtout mieux que son enlisement dans ce que Jean-Michel Noirey intitule saison des blessures’’.JR

 

 

Le Journal du Syndicat Mixte grand littoral Baie de Somme :

 

"La Saison des Blessures", entre histoire d'amour et récits de guerre’’           Dans cette pièce, Jean-Michel Noirey, artiste aux multiples facettes signe un texte profond empreint de poésie. Entremêlant les destins brisés d'un homme et d'une femme, cette histoire d'hier est aussi, celle d'aujourd'hui, celle d'une atrocité qui n'est jamais vraiment loin et qui perdure.

 

Franceinfo : Culturebox /// Actu - Scènes …

 

’ Un récit qui mêle la grande Histoire et la petite avec l’amour d'un combattant pour sa femme restée à l’arrière. Jean-Michel Noirey est un homme de mémoire. La sienne porte encore les récits que ses deux grands-pères, Marius et Lucien, lui ont faits de leur passage sous les drapeaux, dans l’enfer quotidien de la Grande Guerre…. ‘’ ’’ On peut regarder ce travail théâtral comme un récit historique mais aussi comme une interpellation contemporaine. Le siècle qui nous sépare de ces atrocités ne les a pas fait disparaître et le propos reste bien d’actualité’’ … YM/ND

 

 

L’audacieux Magazine :

 

‘’La Saison des Blessures évoque le contexte de la grande-guerre, le texte en est de « la non commémoration ». C’est d’avantage une réaction face au cynisme politique, face à la condamnation du bon sens par la médiocrité d’une élite, par la fureur des canons, une interrogation poétique sur la sagesse, l’amour, la paix’’ AP

 

Amour, déchirements, blessures …

Jean-Michel Noirey n’est pas seulement un acteur et un comédien reconnus par le public, il est aussi, créateur actif et passionné, auteur de plusieurs pièces. Dans « La Saison des Blessures », Jean-Michel Noirey mêle de manière concise et sensible à la fois une histoire d’amour et des récits sur le quotidien de la Grande Guerre. Dans un texte poignant, dense et poétique, l’auteur exprime, autour de ce cataclysme qui a bousculé tous les êtres dans leur chair et leur esprit, les sentiments d’un homme et d’une femme. Il fait vivre au lecteur et au spectateur les impacts du premier grand conflit mondial sur un couple. Amour, déchirements, blessures, peur, âpreté des combats, espoir se succèdent dans des répliques qu’un Poilu récite à son épouse qui l’attend sur la grève

                                                   Jacques Béal. Ecrivain, journaliste au journal Le Monde.

 

Lien reportage France 3 Région sur :

 

http://culturebox.francetvinfo.

 

 

Lien teaser sur youtube :

 

https://www.youtube.com/watch?v=G-8QrnOzYwk&feature=youtu.be

 

Lien /  FB / Le groupe la saison des blessures :

 

https://www.facebook.com/groups/134369749811/?fref=ts

 

Les avis du public.

Extraits :

 

‘’Un texte de qualité de Jean Michel Noirey parfaitement approprié à notre époque et qui ne laisse pas indifférent, 3 acteurs excellents : Tony Joudrier (une performance d'acteur qui a coupé le souffle au public), Franckie Avella (la voix de la raison, juste et sarcastique), Vanessa Brusson (la sensibilité et la souffrance faites femme). À voir sans hésitation. On n'a pas si souvent une prestation de cette qualité et vous ferez connaissance de Dédé du Crotoy… !’’ Robert Cessac.

‘’La Saison des Blessures, une grande performance des acteurs. Les dialogues vous arrachent les tripes, le spectateur est totalement accroché à l'histoire de ce couple séparé mais si proche... . il faut venir voir la pièce au théâtre du beffroi de Rue !’’ Flavienne Jullion.

‘’Un texte fort, de très bons acteurs, un décor minimaliste et un spectacle émouvant… A ne pas rater ! ‘’ Hervé Thiebault.

 

 

 

 


 

 


 

Mes coordonnées

jean-michel-noirey
34 rue de l'Eglise

80550 Le Crotoy

 

PARIS 75001
Téléphone : 033612543823

 

Actualités

L’atelier-Galerie 34 :

34 rue de l'Eglise à Le Crotoy

Exposition permanente : Oeuvres de J-M. Noirey et de Arbazar collectif d'artistes.

"LE BONHEURi"  

Théâtre  -  un  spectacle  de Jean-Michel  Noirey  -  Une production Arbazar Collectif d'Artistes.

Toutes les infos sur la page Facebook de Jean Michel Noirey artiste.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© jean-michel-noirey